Dicono di noi
  • ConcertoNet.com -Sébastien Gauthier -08/26/2017 Chaque année, le Festival de Sablé s’achève par une « grande veillée », un concert un peu plus long que les autres ou cours duquel plusieurs ensembles se succèdent et se rencontrent pour des concertos, simples, doubles et parfois plus ; il y a eu des concertos pour flûtes (traversières et à bec) de Telemann, des concertos pour violon(s) de Vivaldi, des concertos pour clavecin de Bach… Cette année, c’était au tour des anches de prendre d’assaut la scène de L’Entracte de Sablé pour des concertos vénitiens. Mais les ensembles qui pratiquent ce répertoire sont peu nombreux, de sorte que toute la scène revenait à un seul, et non des moindres : Zefiro. Il faut dire que l’ensemble Zefiro compte déjà deux hautboïstes (Alfredo Bernardini et Paolo Grazzi) et un bassoniste (Alfredo Grazzi), et qu’il s’était adjoint une jeune bassoniste, Amélie Boulas. CONTINUA A LEGGERE

  • Le Babillard -Bouquet vénitien pour les anches – Loïc Chahine · 13/09/2017Mais on retrouve en live ce que l’on entend au disque, et Zefiro séduit d’abord par son sens profond, viscéral, de la dynamique. Point n’est besoin chez ces musiciens d’exagérer les accents, les grondements, et de jouer en force comme tant d’ensembles ont accoutumé de le faire chez Vivaldi : l’énergie et l’enthousiasme s’imposent d’eux-mêmes, sans jamais, d’ailleurs, sombrer dans l’histrionisme. La basse, marquée entre autre par la sonorité bien présente du théorbe de Danielle Caminiti, est l’une des marques de fabrique de la sonorité de Zefiro : solide, vivante, mais jamais ostentatoire CONTINUA A LEGGERE
TUTTE LE RECENSIONI

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *